Enterrement juif : rites

Toilette rituelle

Toilette de purification " Tahara ", exécutée par des membres de la " Hevra Quaddicha ", des femmes pour une femme et des hommes pour un homme, sans la famille. La quantité d'eau est définie, ainsi que les étapes de la toilette pendant laquelle des psaumes sont récités. Normalement, le corps est ensuite posé à même le sol, enveloppé dans une toile blanche, tête comprise et sans aucun bijou.

Veillée funéraire

Veillée traditionnelle en présence de la famille, hommes et femmes réunis. Des psaumes sont lus en continu et la présence d'une bougie symbolise l'immortalité de l'âme. Le corps ne doit jamais rester seul.

Soins de conservation

Interdits normalement, ils sont obligatoires en cas de rapatriement en Israël, car le cercueil est alors ouvert et le corps inhumé en pleine terre.

Mise en bière

Le défunt repose sur le dos, visage tourné vers le haut, mains le long du corps, tête reposant sur un sachet de terre d'Israël, dont le corps est également saupoudré.

Cercueil

Le cercueil est en bois, simple et peut porter une étoile de David.

Délai

Le plus rapidement possible, en principe sous 24 heures, mais il est interdit de célébrer des funérailles les jours de shabbat, les jours de Fêtes et notamment de Yom Kippour.

Cérémonie au lieu de culte

Pas de passage par la synagogue, considérée comme un lieu de vie.

Participation de la famille

Les étapes du deuil sont strictement définies pour la famille (7 jours, 30 jours, 1 an). Première période marquée par de nombreux interdits et des visites de la communauté. Au bout de 30 jours, levée du deuil, sauf pour les orphelins (1 an). Pendant un an, on récite le Kaddish et on allume une lumière (gestes répétés tous les ans). Avant le départ au cimetière, déchirure rituelle du vêtement porté par la famille sur le côté droit en signe de douleur.

Crémation

Interdite. Non reconnue par les autorités religieuses.

Fleurs

En principe, pas de fleurs.

Cimetière

Lieu de la cérémonie. En chemin, arrêt devant la synagogue si c'est un fidèle ou un " Erudit ". Au cimetière, oraison funèbre faite par le Rabbin, chacun jette 3 pelletées de terre, puis le Kaddish, la prière des morts, est récité. Tous se lavent les mains sans les essuyer pour rester symboliquement avec le défunt et sa famille.

Monument funéraire

Généralement avant les 11 mois écoulés. Il porte une inscription hébraïque et parfois le symbole des tables de la loi.

Don du corps et don d’organes

Interdits.



POMPES FUNÈBRES ENTRAIDE FUNÉRAIRE ... Siège social
4, rue Saint-François . 13 300 Salon-de-Provence Bouches-du-Rhône ... France ... Tél. 04 90 56 52 68